Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
ManuX
Langue pendue
Langue pendue
Messages : 544
Date d'inscription : 15/07/2009
Age : 26
Localisation : Clermont Ferrand

Melancholia

le Jeu 18 Avr 2013, 14:34
Bonjour tout le monde!

Je voulais savoir si d'autre personnes avaient eu l'occasion de le regarder.

D'habitude, je ne regarde pas ce genre de film (primé au festival de Cannes...).
Après avoir lu les critiques dont beaucoup l’encensaient, je me suis dit, pourquoi pas.



C'est ici que commence mon périple!

(ATTENTION, RISQUE DE SPOIL!)

Le film se déroule en 2 parties si j'ai bien compris :
Dès le début ça m'a paru louche.

-1er partie : une réception de mariage

Synopsys selon Wiki :
"Chapitre 1, Justine : À l'occasion de leur mariage, Justine (Kirsten Dunst) et Michael (Alexander Skarsgård) donnent une somptueuse réception dans la maison de Claire (Charlotte Gainsbourg), la sœur de Justine, et de John (Kiefer Sutherland), le très riche mari de Claire. Alors que les relations familiales se dégradent peu à peu et que le mariage tombe à l'eau,..." SUSPENSE.
J'ai enlevé la fin parce que c'est là que ça devient drôle.

Ok pourquoi pas, enfin, au bout de 20 minutes c'est déja perché. La mariée qui envoi chier tout le monde, prend un bain avec sa robe Shocked . Bon ok, elle est un peu "spéciale" on va dire.
Je résume les 40 autres minutes.
Mariée depuis quelques heures, elle aperçois un beau jeune homme, ne pouvant résister à la tentation, elle commet le satanique péché de luxure sur un terrain de golf.
Du coups, ben son mari, ivre (de chagrin) la quitte et elle est toute triste.
J'ai occulté le moment ou elle se retrouve en tenue d'Eve dans une forêt, parce que sincèrement je ne sais ni où, ni quand ni comment elle est arrivée là! Suspect

Fin de la première partie. On peut se dire, ok c'est spécial mais bon, j'ai vu pire (je pense à Orange Mécanique par exemple, qui est certe "bizarre" mais c'est un sacré bon film tout de même Wink).
on passe donc à la seconde partie.

Cette partie à été réalisée sous effets de crystal meth. et de LSD.


-2eme partie : Une mystérieuse planète va heurter la Terre.


Oui oui, c'est bien le thème de la seconde partie. Franchement, faut avouez que ça met l'eau à la bouche non?
Bon, à partir de là (en tant qu"homme de sciences") j'ai bien compris qu'on se foutait un peu de ma gueule. Y'a des mecs qui arrivent à calculer la trajectoire d'objets de 300 m de diamètre, mais d'une planète gazeuse qui fait 4 fois la Terre, c'est trop compliqué. Les mecs de la NASA c'est des hipster en fait:

Chercheur 1 : "Hey, je crois avoir trouvé une planète géante qui se dirige vers la Terre!!"
Chercheur 2 "Hipster" : "Pff, c'est so 2012, c'est trop Useless, c'est le Global warming qui est Mainstream"


Définition d'un Hipster ici.

Bref, on commence dans la "maison" (c'est plutôt un sacré château au milieu de nulle part) de la soeur (on l'appellera SD comme "Soeur de la Dérangée" et on appellera D la "dérangée".
Tout va bien (si on occulte la maladie de Parkinson du cameraman, oui ça fout le mal de mer pale ), enfin D est en dépression parce qu'elle s'est fait larguer, enfin bon, c'est quand même bien de sa faute non?
Son seul et unique but dorénavant, pleurer et faire chier les autres personnages du film. On a limite envie de la secouer et de lui flanquer des baffes.
Bon alors ils sont là, peinards dans leur château, ils, c'est:
-D
-SD
-Le mec à SD qui est bête, naîf et qui plus est, un lâche.
-Un gamin de 6 ans (fils de SD et de Lâche), apparemment le seul personnage "intelligent" du film.
Donc, je disais :
Ils sont là, peinards dans leur château, et d'un seul coups d'un seul, le gamin de 6 ans remarque une étrange planète gazeuse avec son télescope. Voilà la conversation qui s'en suit :

Gamin : "dit papa c'est bizarre qu'il y est un astre qui grandis à vu d'oeil, n'est il pas?"
Lâche : "Mé nn voyon, tkt pa lol, paray ke C 1 planete mé L vapaC loin kikoolol boloss va!"
D : Ouin Ouin, de toute façon on va tous mourir, la vie c'est de la merde, les gens sont méchants et le feu ça brûle."
SD : "Allons, ça ne va pas de dire des choses telles devant le petit?! Mais non mon enfant, le feu c'est gentil et ton papa est très intelligent"
Lâche :"Lol, sa fé rir mdr T mon srab"


On peut juste retenir que le gamin à clasher la NASA.

Enfin tout le monde comprend qu'il va y avoir collision, du coups le lâche se suicide dans les écuries (moi non plus je sais pas pourquoi) monkey . D, SD, et le gamin construisent donc une "cabane (si on peu appeler ça une cabane), pour se cacher dedans (pas con! Idea ). Ils ont peur, enfin pas D, ça la fait rire parce que de toute façon la vie c'est de la merde et ya carrément trop de trucs dégueu à McDo.
A la fin, la planète (elle s'appelle Mélancholia en fait, d'ou le titre du film;)) percute la Terre et ils clamsent tous dans un tipi en bois. lol!

FIN

Voilà, je vous ai fait un rapide résumé.
Je le conseil tout de même avec une bonne bouteille d'alcool au choix complété par les effet du THC What a Face .

je dirais pas que c'est une daube, je dirais plus que ce n'est pas un film pour moi, Lars von Trier va trop loin.
Néanmoins, les images avec la planète dans le ciel terrestres sont sublimes silent



J'espère vous avoir, quand même, donner envie de le regarder.




Dernière édition par ManuX le Jeu 18 Avr 2013, 17:28, édité 4 fois (Raison : CT pour lé fotes dorth é de grd mèr lol)

_________________________________________________
Pagus Forensis
avatar
vafan
Floodeur Officiel
Floodeur Officiel
Messages : 3350
Date d'inscription : 20/07/2009
Age : 64
Localisation : Maubeuge

Re: Melancholia

le Ven 19 Avr 2013, 10:33
Bonjour ManuX

C'est peu dire que je n'ai pas la même perception que toi de ce film Laughing et je vais essayer d'expliquer pourquoi.

Il arrive que j'ai une idée plus ou moins tronquée d'un film avant même de l'avoir vu.
C'est le cas de Melancholia.
Tout d'abord le réalisateur Lars Von Trier ne m'inspirait pas vraiment bien que le très beau Dancer
in the dark m'ait laissé un bon souvenir..
Ici, pour dire la vérité, j'avais vraiment peur de l'ennui et en même temps très envie de voir ce film.
Je l'ai donc regardé et, finalement, me suis trouvé face à un spectacle absolument déroutant,
quelquefois très difficile à suivre mais aussi de très belles images accompagnées d'une musique
(sans doute pas choisie au hasard) de Wagner.
Que dire? Peut être, à l'approche de mes 60 ans, suis je plus réceptif à une oeuvre qui nous parle de
la vie, de la mort, du sens des choses pendant notre bref passage sur Terre et aussi de la place de
l'homme dans la grande inconnue qu'est l'Univers.
Sommes nous un cas isolé ou existe-il d'autres formes de vie ailleurs?
C'est la question que se pose Claire jouée par la française Charlotte Gainsbourg.
Le film se déroule en deux parties après un bref prologue qui prend tout son sens après la fin.
La première partie traite du mariage de Justine, la soeur de Claire, jouée par Kirsten Dunst que
j'avais beaucoup aimée dans le Marie Antoinette de Sofia Coppola et la deuxième est plus axée sur
la collision fatale ente Melancholia et la Terre et sur Claire qui voudrait savoir si la fin du monde est
pour bientôt; Cette petite femme d'aspect fragile se bat avec l'énergie du désespoir pour protéger ce
qu'elle a de plus cher tandis que sa soeur de plus en plus sereine la prend peu à peu sous son aile.
La seconde partie nous montre Claire qui est dépassée par ce qu'elle sent inéluctable, bien que son
mari très riche John joué par Kiefer Sutherland tente avec acharnement de lui cacher la vérité.
Au début il pense que la collision fatale n'aura pas lieu et que les choses reprendront leur cours
normal après que Melencholia eut frôlé la Terre.
Grâce à un petit instrument fabriqué par son fils il va, peu à peu, se rendre compte de l'inévitable
dénouement. Par une sorte de lâcheté il se suicidera en laissant sa femme et son fils bien seuls face à
la catastrophe.
Seule Justine affrontera la situation avec réalisme et pourra, par exemple, se permettre de dire à son
patron ce qu'elle pense réellement de lui.
Elle fera face avec sa soeur et son neveu jusqu'à la catastrophe.
C'est un très beau film, profond, qui m'a beaucoup parlé.
Finalement l'être humain, très souvent gonflé et même étouffé par sa vanité ne se rend pas compte
de la fatuité des choses.
Il se pense indestructible et, sur de son intelligence, se croit à l'abri de toutes mauvaises surprises.
Pourtant nous ne sommes rien d'autre qu'un infime grain de sable dans le désert et la perception de
tout ce qui nous entoure est bien mince.
Sommes nous sur Terre par accident, par une volonté divine, par une évolution constante de tout ce
qui était avant ou par autre chose?
Et surtout sommes nous voués à disparaître purement et simplement?
Telles sont, me semble-t-il, les questions soulevées par ce film.
avatar
ManuX
Langue pendue
Langue pendue
Messages : 544
Date d'inscription : 15/07/2009
Age : 26
Localisation : Clermont Ferrand

Re: Melancholia

le Ven 19 Avr 2013, 11:55
Bonjour Vafan.

Superbe analyse:

Comme tu as pu le remarquer, ma critique est une caricature grossière du film et de la perception que j'en ai eu. What a Face

Avant de m'être penché sur cet oeuvre, je ne connaissais absolument même pas LVT, je suis tombé sur ce film presque par hasard.
C'est après avoir lu ça et là des articles que j'ai compris le fonctionnement du film. Il semble que dans ces oeuvres, LVT à pour habitude de mettre l'humain face à des situations désespérées. Beaucoup disent qu'ils "détestent" l'humain, et qu'il le condamne à "mort" dans beaucoup de film.

Seule Justine affrontera la situation avec réalisme et pourra, par exemple, se permettre de dire à son
patron ce qu'elle pense réellement de lui
Mention spéciale à Charlotte Gainsbourg et à son personnage. C'est bien la seule qui arrive à relativiser les choses, entre sont mari qui se suicide et sa soeur dans un état déplorable. Elle est la seule à réagir de manière "pragmatique face à la fatalité. Ce personnage est pour moi le plus attachant du film et écclipse totalement sa soeur (je ne comprend d'ailleurs pas pourquoi Kirsten Dunst à reçu le prix d'interprétation féminin en 2011) Shocked

Sommes nous un cas isolé ou existe-il d'autres formes de vie ailleurs?

Je ne pense pas que ce film soulève ce genre de question.
Cette collision est plutôt l'oeuvre du "hasard", qui remet en question la place de l'humanité dans l'Univers (comme tu l'as si bien dit) et qui nous rappel que nous sommes, finalement, que de la poussière d'étoiles .
Il me semble que ce film traite plus spécifiquement du comportement de quelque personnes (ici les 4 protagonistes) en situation d'acceptation face à la mort. Je ferais le parallèle avec "The Walking Dead", même si la comparaison est assezosé. Very Happy

Finalement, ce que je reproche à ce film, c'est la façon dont évolue le comportement de Justine, très active dans la première partie mais totalement vidé de son âme dans la seconde (certe, dû à l'échec de son mariage) mais elle l'a quand même bien cherché Twisted Evil .
Dans la seconde partie, la seule chose qu'elle est capable de faire c'est de pleuré sur son sors. Le pire moment, c'est quand elle explique à son neveu qu'ils sont condamnés, elle n'a visiblement aucune sympathie pour lui.
Il semble que plus elle va mal, plus Mélancholia se rapproche de la Terre

En fait, ce qui m'a le plus marqué, c'est les images de Mélancholia dans le ciel silent
Contenu sponsorisé

Re: Melancholia

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum